Baron noir, saison 3 : Un jour, un destin

Les séries politiques ne sont pas tellement un genre made in France, disons que ce n’est pas quelque chose dans lequel nous sommes à l’aise, à la base. D’ailleurs durant longtemps, les références étaient (comme assez souvent d’ailleurs), outre-Atlantique, de 24 heures Chrono à A la Maison Blanche ou encore Commander in Chief.

Cela, c’était avant et Canal Plus est passé par là. En 2016, la chaine cryptée propose Baron Noir qui retrace le parcours de Philippe Rickwaert, député socialiste du Nord, l’homme qui murmure à l’oreille des candidats à la présidentielle. Après avoir fait Françis Laugier, chef de l’Etat (un « couronnement » qu’il paiera au prix fort), et Amélie Donnedieu, sa successeur (un autre « couronnement » qu’il paiera également au prix fort d’une certaine manière), l’ancien parlementaire décide de se lancer dans la course à l’Elysée. Un pari assez fou pour l’ex-taulard qui doit repartir de zéro. Si sur le papier ses chances sont proches de zéro, celui qu’on appelle le Baron Noir possède un atout de choix : son sens politique.

Deux ans ! Deux ans que j’attendais la suite après une fin de saison assez loufoque ! Comme toujours – et ce qui fait vraiment sa force – Baron noir déteint par son réalisme assez précis. La troisième saison débute d’ailleurs au nouveau siège du Parti socialiste, en travaux tout comme la formation vieille de plus de 110 ans. Comme dans notre « réalité », la plupart des cadres et autres ténors du mouvement ont troqué le poing et la rose pour rejoindre les rangs de La France Unie, la version Donnedieu de La République en Marche – à l’instar de Cyril Balzan, l’ancien collaborateur de Rickwaert, devenu ministre – ou encore, comme Véronique Bosso, Debout le peuple, la version Michel Vidal de La France Insoumise, sans oublier au passage le Rassemblement national de Lionel Chalon qui attend son heure, sans se douter qu’un nouvel acteur ne va pas tarder à entrer dans la danse et redistribuer les cartes. C’est d’ailleurs avec cette nouvelle donnée que Rickwaert doit composer pour atteindre son objectif élyséen.

Un objectif qui sera loin d’être simple à conquérir, comme on peut s’en douter dans un contexte où la France connait des tiraillements sociétaux et politiques majeures. La troisième saison s’inspire fortement de l’actualité récente : l’Union européenne post-Brexit, #MeToo, mais aussi la bonne santé des extrêmes… ce nouveau volet se veut plus « sombre » et dans ce contexte, la présidentielle mais aussi la vie politique s’apparente à un jeu de massacre où les convictions des uns et des autres se trouvent mises à dure épreuve, sans compter les alliances et compromis(sons) plus ou moins improbables. Sur ce point, Baron noir réserve son lot de surprises et de coup de théâtre, notamment dès le second épisode.

L’occasion pour Eric Benzekri et Jean-Baptiste Delafon, les créateurs de Baron noir d’approfondir sur le personnage de Philippe Rickwaert mais aussi d’Amélie Donnedieu et de Michel Vidal, notamment sur leur rapport au pouvoir. Si pour la première, le spectateur observe une certaine solitude mais aussi violence (sous toutes ses formes) du pouvoir et de son exercice (et ses innombrables conséquences), pour le second, c’est plutôt une contestation tous azimuts de son leadership mais aussi de sa personnalité. Michel Vidal, qui dès le premier épisode explique « Il n’y a qu’une seule ligne politique à Debout le Peuple, c’est la mienne ! » c’est une critique sans concession de Jean-Luc Mélenchon et de son emprise sur LFI qui met au bout du compte, son mouvement dans une impasse, ce que Philippe Rickwaert ne manquera de noter et tirer profit.

Avec huit nouveaux épisodes, Baron noir saison 3 est sans doute la meilleure en raison du thème principal évoqué mais aussi d’une certaine dramaturgie qui trouve sa conclusion dans les dernières minutes. Un peu comme si la boucle était déjà bouclée et qu’il n’y aurait pas, quoi qu’il arrive, une saison supplémentaire, c’est du moins ce que laisse penser le dernier épisode, même si Kad Merad a publiquement déclaré qu’il était partant pour une nouvelle saison. Un Kad Merad d’ailleurs qui est tout simplement remarquable et décidément génial dans ce rôle.

Baron noir, saison 3

Créateur : Eric Benzekri, Jean-Baptiste Delafon

Réalisateur : Ziad Doueiri et Antoine Chevrollier

Pays : France

Avec : Kad Merad,  Anna Mouglalis, Hugo Becker, Astrid Whettnall, Rachida Brakni, François Morel, Frédéric Saurel, Patrick Mille, Lubna Gourion, Alex Lutz, Sarah Stern…

Genre : Drame

Episodes : 8

Durée : environ 52 minutes par épisodes

Sortie : le 10 février

Diffusion d’origine : Canal Plus

Replay : myCanal/Canal Plus Séries

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s