Il a déjà tes yeux : une suite mélancolique

Les suites de films, on connait. Ce qui est moins fréquent en revanche – du moins chez nous – ce sont les suites directement sur le petit écran et avec les mêmes acteurs ou presque.

C’est tout le pari de Lucien Jean-Baptiste. En 2017, il nous proposait Il a déjà tes yeux ou l’histoire de Paul et Salimata Akola à qui l’Aide Sociale à l’Enfance (ASE) confiait Benjamin, un nouveau-né, dans le cadre de leur demande d’adoption. Une comédie haute en couleur qui – vous en vous en doutez – se termine bien.

Aussi, quelle n’a pas été ma surprise quand j’ai appris que le long-métrage de Lucien Jean-Baptiste avait donné naissance à une suite, sous la forme d’une mini-série. Quatorze ans se sont passés depuis les évènements du film et Benjamin a bien grandi. Il est désormais au collège et fait la fierté de ses parents, de ses grands-parents mais aussi… de Noé, son petit-frère, le fils biologique de Paul et Salimata, né quelques temps après son adoption. Si Benjamin et Noé sont radicalement différents (le premier est du genre déconneur et extraverti, le second, plus posé, studieux et réservé), ils demeurent néanmoins soudés. Toutefois, les certitudes sont mises à l’épreuve lorsque Benjamin exprime son désir de rencontrer sa mère biologique.

Après le succès public et critique du film – environ 1 million de spectateurs – la suite se veut un peu plus mélancolique, voire sérieuse, notamment à travers un thème central et commun, celui des origines, mais également d’autres sujets profonds comme les racines et le « retour au pays ». Si Benjamin se pose légitimement la question, Paul s’y retrouvera également et brutalement confronté lorsque débarquera Lazare, son propre père, qui avait disparu de la circulation durant plusieurs années. Ce sujet devient peu à peu central, au point qu’elle rythme la vie familiale. Si Paul et Salimata sont compréhensifs, ils n’en demeurent pas totalement sereins pour autant, sans compter que cette situation perturbe Benjamin mais aussi Noé, d’une certaine manière. Aussi, ils tentent de faire bonne figure, ce qui laisse lieu à des initiatives ou décisions inattendues.

Avec un casting pratiquement identique au film – Arié Elmaleh succède à Vincent Elbaz dans le rôle de Manu, le parrain de Benjamin et notons également l’absence de Zabou Breitmann, dans le rôle de Claire Maillet, l’inspectrice de l’ASE – Il a déjà tes yeux, la mini-série, se veut, comme je l’ai expliqué, un peu plus mélancolique mais laisse un résultat un peu inégal à mon sens. Si l’idée de retrouver la famille Akola était intéressante, cette série se distingue néanmoins avec un certain mélo, tellement caractéristique des séries françaises, j’allais dire des séries produites et diffusées sur France 2. Aussi, un spectateur qui n’aurait pas vu le long-métrage pourrait vite être gagné par l’ennui et un sentiment de déjà-vu. Un peu dommage quand on connait le travail de Lucien Jean-Baptiste !

Il a déjà tes yeux

Créateur : Lucien Jean-Baptiste et Sébastien Mounier

Réalisateur : Lucien Jean-Baptiste

Pays : France

Avec : Lucien Jean-Baptiste, Aïssa Maïga, Louis Durant : Benjamin Aloka, Joakhim Sigue, Arié Elmaleh, Michel Bohiri, Michel Jonasz, Marie-Philomène Nga : Mamita, Bass Dhem , Delphine Théodore, Coline d’Inca…

Genre : Comédie

Episodes : 6

Durée : 52 minutes par épisode

Sortie : le 12 février

Production d’origine : France 2

Replay : france.tv

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s